LE MEDIA DE L'IEJ Strasbourg

CulturePresse Web

L’Odyssée en tête d’affiche du prochain conseil municipal

Le cinéma municipal de Strasbourg, l’Odyssée, doit changer d’exploitant. La candidature de l’association Le Troisième souffle a été proposée par la maire de la ville, Jeanne Barseghian, afin de prendre la relève des Rencontres cinématographiques d’Alsace (RCA).

Rideau rouge, balcon et scène, le décor ne ressemble pas à un cinéma. Pourtant ce sont bien des films qui y sont diffusés. Mais la confusion est logique. L’Odyssée prend place en 1992 dans le bâtiment inutilisé d’un ancien théâtre cinématographique, l’Union Theater, fondé en 1913. Ce cadre, atypique pour un cinéma, plaît particulièrement aux habitués. « Le fait que la salle principale soit une salle avec un balcon et un rideau qui s’ouvre sur l’écran, c’est assez impressionnant », explique Margot Le Besne, une étudiante qui fréquente régulièrement l’Odyssée. Mais ce qui fait de lui un cinéma atypique, c’est aussi et surtout sa programmation hors du commun. « On ne va pas à l’Odyssée pour voir le dernier Batman, on y va pour voir d’anciens films comme ceux de Hitchcock », résume-t-elle.

Un génie du cinéma, mais…

Derrière l’Odyssée se cache un homme : Faruk Günaltay. Directeur et programmateur, il est une figure du cinéma strasbourgeois du point de vue de ses confrères. « L’Odyssée est programmé par un génie du cinéma et je n’ai pas peur des mots. Il ne fait pas comme Monsieur Libs (le patron du Star et Star St-Exupéry, ndlr) ou moi, il tape dans les films depuis les débuts du cinéma et c’est sa force », déclare René Letzgus, propriétaire du Vox. Mais d’un autre côté, l’aura de Faruk Günaltay est aussi contestée. Une enquête de Rue89 Strasbourg a révélé que la gestion du lieu et les conditions de travail étaient alarmantes. Pourtant, il a toujours été reconduit malgré les différent candidats qui se proposent depuis 2011.

L’Odyssée change de nom

Tous les cinq ans, la ville de Strasbourg organise la procédure de renouvellement de la Délégation de service public du cinéma municipal. Elle donne à la municipalité un droit de regard sur ses activités. Désormais, le Conseil municipal doit valider par un vote, le 21 mars 2022, l’attribution de la direction du cinéma au Troisième Souffle, proposé et soutenu par la maire de Strasbourg, Jeanne Barseghian. Si l’on sait que l’association est favori pour prendre la succession du cinéma, l’avenir de l’Odyssée est encore flou. Le projet et le futur nom sont pour le moment restés cachés. « Respectueux du processus démocratique, nous observerons jusqu’au vote du Conseil municipal du 21 mars 2022 la plus stricte discrétion quant à notre projet. », écrit l’association sur son site Facebook. Néanmoins, l’ambition du Troisième Souffle semble répondre aux attentes de la ville. Après l’évaluation d’un jury présidé par Christian Brassac, conseiller municipal délégué à l’achat et à la commande publique, le projet en est sorti grand gagnant avec 90,5 points sur 100 contre 83,7 pour Cinémascope et seulement 69,2 pour les Rencontres cinématographiques d’Alsace.

L’exploitation d’une durée de cinq ans devrait débuter dès le 9 avril, d’abord partiellement pour cause de travaux d’une durée de 6 à 8 mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.