LE MEDIA DE L'IEJ Strasbourg

Presse Web

Un lycéen strasbourgeois élève la voix pour les droits de l’Homme en Iran

Flavio Cicu-Acconcia, 17 ans, est devenu vendredi le gagnant du concours de plaidoirie pour les droits de l’Homme du Mémorial de Caen. Elève au lycée Louis Pasteur de Strasbourg, il a plaidé en faveur des artistes et de leurs droits en Iran. Une prise de risque qui a plu.

« Un souffle artistique coupé », tel est le nom que Flavio a donné à sa plaidoirie. Lui-même musicien, c’est en découvrant l’histoire et le travail d’un jeune compositeur iranien qu’il a creusé le sujet des droits des artistes dans ce pays.  Mehdi Rajabian est alors un joueur de setar et sort même un album, mais cesse à contrecœur ses activités musicales en 2013. Les autorités iraniennes l’arrêtent, confisquent son travail et le placent à l’isolement. En cause : une prise de partie en faveur des droits des femmes, et même sur son album des collaborations avec la gent féminine.

« On m’a dit que je prenais des risques de prendre ce sujet », explique Flavio. En effet, « c’est compliqué d’être clair pour en parler puisque c’est complexe et que c’est aussi assez méconnu », poursuit-il.

Une riche expérience

Agés de 15 à 18 ans, ils étaient 14 lycéens à se présenter devant le public vendredi. Pour Flavio, c’est une professeure de son lycée, Marylin Albareda, qui lui propose cette expérience car il est déjà à l’aise à l’oral. Il accepte. Après avoir passé la première étape de sélection en décembre dernier où chacun a dû faire une courte vidéo, vient l’écriture de la plaidoirie. « J’ai l’habitude d’écrire, mais pas dans ce style-là, j’aime beaucoup la poésie et la beauté de la langue », raconte le jeune homme. « Pour une plaidoirie, il faut convaincre. J’ai voulu incarner un personnage mais je pense que ça m’aurait été reproché. Dans le concours, ils voulaient de la sincérité donc j’ai essayé de rester sobre dans ma prestation », continue-t-il. Flavio s’est ensuite entrainé avec certains de ses professeurs, devant sa classe, puis la veille du jour-J, dans la salle vide du mémorial. Entraide et soutien étaient au rendez-vous entre les jeunes participants. « On avait l’impression de se connaitre depuis longtemps, ça permet de faire des rencontres avec des gens super », se réjouit le vainqueur du concours.

« Il y a quelques années je n’y serais pas allé »

Très heureux du prix qu’il a gagné (un voyage de 3 jours à New-York, avec en prime une visite du siège de l’ONU), Flavio l’aurait refusé il y a quelques années. « Je n’y serais pas allé parce qu’il y avait une politique vis-à-vis de l’Iran que je trouve contraire aux droits humains, la population là-bas souffre ». « Ça peut paraitre étrange de partir aux Etats-Unis alors que le pays n’est pas tout blanc par rapport au sujet des droits de l’homme », lance-t-il.

Lucie Robert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.