LE MEDIA DE L'IEJ Strasbourg

Presse Web

Lutte Ouvrière pour une révolution sociale

Pour l’élection présidentielle, Dockinfos propose une série d’articles consacrée aux partis politiques. Le but : informer les nouveaux électeurs sur chaque candidat pour le prochain quinquennat. Une série réalisée par les étudiants en école de journalisme de Strasbourg.

Lutte ouvrière (LO) est un parti politique français d’extrême gauche, crée en 1968 mais dont les origines remontent aux années 1930. Revendiqué communiste et révolutionnaire, LO défend les idées trotskistes et la nécessité de l’abolition du capitalisme pour une société meilleure. Ses porte-paroles sont Jean-Pierre Mercier et Nathalie Arthaud, actuellement candidate à l’élection présidentielle.

Lutte Ouvrière repose sur un idéal basé sur les idées de Léon Trotsky, Karl Marx ou encore Friedrich Engels, selon lesquelles la classe ouvrière se doit de renverser l’équilibre capitaliste actuel et de prendre le pouvoir des mains de la grande bourgeoisie. Les militants de LO revendiquent un internationalisme assumé et un profond mépris pour ceux qu’ils estiment être à l’origine de l’oppression des travailleurs, de l’injuste répartition des ressources et du saccage environnemental.

Une logique communiste et internationaliste

Le but des militants LO est d’instaurer une démocratie plus directe où les travailleurs ne sont plus assujettis et où les différences de classe n’existent plus. Pour le parti les frontières sont un frein à l’unification; afin de mettre en place une union des peuples à grande échelle, il s’agit de faire naître les «États-Unis socialistes d’Europe». Cela permettrait une politique concertée, notamment au sujet de la question écologique, jugée fondamentale, et de la question de la migration. Plus question de raisonner en terme de profit, mais en terme d’égalité et de fraternité.

Un parti qui s’essouffle

Tandis que Nathalie Arthaud souffre de la comparaison avec sa prédécesseur Arlette Laguiller, Lutte Ouvrière subit également les conséquences du vote «utile», qui consiste à voter stratégiquement pour un candidat ayant supposément plus de chances d’être élu plutôt que pour celui que l’on préfère. Depuis une vingtaine d’année, on assiste au déclin progressif du parti, qui perd peu à peu ses élus et une partie de son électorat qui préfère se réorienter vers un des autres partis de la gauche. Le concept de vote utile a d’ailleurs poussé nombre de ses électeurs vers Jean-Luc Mélenchon lors des dernières présidentielles, et les intentions de vote pour les élections de cette année n’augurent pas plus de 0,6% des voix. Mais la direction du parti continue à croire en son idéal communiste, et en la persistance d’un courant au sein de la population qui aspire à la révolution.

Un parti incarné par des femmes

Tantôt militante syndicale, conseillère municipale, régionale et députée européenne, Arlette Laguiller incarna le Parti de la Lutte Ouvrière dont elle fut le porte parole durant 35 ans. Elle sera la première femme candidate à une élection présidentielle, et avec six candidatures consécutives entre 1974 et 2007 elle détient à ce jour le record du nombre de candidatures présidentielles en France. Célèbre pour son traditionnel «travailleuses, travailleurs», elle le transmettra à Nathalie Arthaud qui lui succède en tant que porte-parole à partir de 2008 et qui est actuellement candidate pour la 3ème fois aux élections présidentielles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.