LE MEDIA DE L'IEJ Strasbourg

Presse Web

Tout le monde cherche de l’iode

De plus en plus de personnes souhaitent consommer ou stocker, de manière préventive, de l’iodure de potassium, pour faire face à une éventuelle catastrophe nucléaire. Cette substance n’est pourtant disponible que dans les pharmacies de l’armée et ne peut être distribuée que sur ordre des différents préfets. 

Il est impossible de se procurer les comprimés en pharmacie et sur internet. La gestion de ces pastilles est extrêmement réglementée. “Nous n’avons aucun stock en pharmacie, nous pourrons en avoir seulement si le préfet le permet”, précise une pharmacienne strasbourgeoise. Elles sont en effet distribuées lorsqu’il y a des retombées radioactives. Pour pouvoir s’en procurer il faut donc attendre que le préfet débloque les stocks que l’armée possède. Sinon elles sont réservées aux populations vivant dans un rayon de 20 km autour d’une centrale nucléaire.  

Une guerre qui rappelle de vieux souvenirs 

Avec l’attaque de la plus grande centrale européenne en activité par l’armée russe, durant le conflit russo-ukrainien, le spectre de la catastrophe de Tchernobyl refait surface en Europe et plus particulièrement en France. Depuis plusieurs jours les demandes de comprimés contenant de l’iodure de potassium se multiplient en France. Ce médicament permet de préserver la glande thyroïde, lorsque cette dernière est exposée à de l’iode radioactif (suite à une catastrophe nucléaire par exemple). C’est pour cette raison que les autorités françaises ont décidé d’envoyer de nombreux comprimés d’iode stable en Ukraine, après l’attaque, le 4 mars dernier, de la centrale nucléaire de Zaporijia. Qui est aussi la plus grande centrale nucléaire d’Europe. En France, la prise de ce médicament n’est absolument pas recommandée par l’ANS (Autorité de Sûreté Nucléaire), pour le moment. L’iode n’est efficace que si on le prend seulement quelques heures avant l’exposition. Sa prise de manière préventive peut être dangereuse.  

“C’est un médicament, pas un bonbon” 

La prise d’iode stable en cas de catastrophe nucléaire majeure, vise à protéger la thyroïde face aux iodes radioactifs qui sont émis lors de rejets provenant d’une centrale nucléaire, par exemple. Les pastilles d’iodure de potassium permettent de saturer la thyroïde, afin que cette dernière ne puisse plus absorber d’iodes radioactifs. Sa prise ne doit pas se faire n’importe comment, elle peut engendrer des effets secondaires. “Même si c’est peu probable, la prise d’iode stable sans en avoir besoin peut provoquer des troubles du rythme cardiaque ou encore des maux de tête”, prévient le docteur Fabre.  

François Faddi – photo : Garance Reno

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.