LE MEDIA DE L'IEJ Strasbourg

AlsaceNationalSociété

Le retour au 90 km/h dans plusieurs départements

C’est probablement l’un des plus gros échecs du gouvernement : le passage aux 80km/h avait déjà été mal reçu par les Français, désormais il est possible de l’annuler sur certains tronçons de route. C’est ce qui s’est produit la semaine dernière en Haute-Marne. Le département est le 1er à rétablir le 90km/h à peine 1 an après le passage à 80.

Jeudi dernier, la Haute-Marne est devenue le premier département français à faire le choix de revenir aux 90km/h. Cette décision est un coup dur pour la réforme d’Emmanuel Macron. Selon le Président du Conseil Départemental, le 80km/h n’a pas fait ses preuves dans le département et engendre beaucoup de colère chez les hauts-marnais. En tout, 476km de routes départementales devraient être impactés après vérification de la Commission nationale de sécurité routière. Car avant d’opérer ce changement, il faut valider l’état de la route et justifier sa non dangerosité. Pour les habitants locaux, ce retour en arrière ne choque pas, il est même logique. « La Haute-Marne est un des territoires français les plus touchés par la crise des gilets-jaunes, l’arrivée du 80km/h a été très mal accueilli. » confie Julien, habitant de Chaumont. « Nous vivons dans un département rural où il y a très peu de transports en commun, tout le monde se déplace en voiture, il y a régulièrement un sentiment d’oubli de la part du gouvernement ici. ».

Le 9 janvier 2020, une Commission départementale de Sécurité Routière s’est réunie en Haute-Marne sous la présidence du préfet Élodie Degiovani.

Rappel des faits

Comme indiqué sur le site officiel du gouvernement, la vitesse sur les routes à double sens est passée de 90 à 80 km/h au 1er juillet 2018. L’objectif était de réduire drastiquement le nombre de décès sur les routes dont la moitié est liée à la vitesse. Le bilan de l’année 2019 donne un nombre de 206 vies sauvées grâce à cette limitation, loin des 300-400 attendues. Le site Turbo.fr a réalisé un sondage encore actif qui compte, au moment où est publié cet article, 83% de « oui » et 17% de « non » à la question « Êtes-vous favorable au retour à 90km/h ? », avec un nombre de 4985 votants. Suite à la colère des automobilistes et de certaines collectivités locales, la loi d’orientation des mobilités, promulguée le 24 décembre 2019, revient sur le sujet. En effet, les élus locaux peuvent désormais prendre la décision de changer la limitation de vitesse et revenir au 90. Cette possibilité est pourtant décriée par certains préfets qui ne veulent pas être les responsables en cas de hausse de mortalité. De plus, seules les départementales de plus de 10km de long, ne traversant pas de hameaux, ne contenant pas d’arrêts de bus, d’intersections et disposant d’un séparateur central sont concernées.

D’autres départements se font entendre

Cette semaine c’est le département de la Seine-et-Marne qui a décidé d’abandonner l’actuelle limitation pour environ 500km de ses routes. L’opération de remplacement est prévue pour fin mars. Comme pour la Haute-Marne, l’argument principal est l’absence de preuves de l’efficacité du 80km/h. En se basant sur l’avis de la population, une trentaine de départements pourraient à l’avenir effectuer ces changements. Mais pour l’instant seuls 11 départements ont clairement engagé le débat. Parmi eux, le Cantal, l’Essonne, le Bas-Rhin, la Sarthe ou bien le Loiret et la Creuse. Cette modification est bien évidemment à relativiser car mis bout à bout, elle ne concerne que 1% de toutes les routes passées au 80. Un changement drastique serait très coûteux pour les collectivités.

Crédit photo en Une : fotomelia

Théo Hervieux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.