LE MEDIA DE L'IEJ Strasbourg

Uncategorized

Les trottinettes roulent sur Strasbourg !

Les huit stations de trottinettes en libre-service de la société Knot ont enfin vu le jour dans le centre ville strasbourgeois et  commencent à côtoyer les vélos et les autos.

La ville de Strasbourg voit son réseau de transports écologiques se diversifier. Désormais, les réfractaires aux « vél’hop » n’ont plus aucune excuse pour continuer d’effectuer leurs courts trajets en voiture. 

Née en 2015, la société strasbourgeoise Knot a inauguré, mardi dernier, ses huit bornes. Certaines, comme celle devant l’UGC, reçoivent  même quelques derniers ajustements. Une quarantaine de trottinettes sont, quant à elles, opérationnelles.

Idéales pour le « dernier kilomètre »

Comment s’en servir ? Dans un premier temps, l’usager doit installer l’application Knot, mise à jour encore régulièrement pour éviter les bugs, sur son smartphone. Il ne lui reste plus qu’à créer un compte, enregistrer une carte de crédit et choisir une des trottinettes disponibles à la borne souhaitée. Parmi les options de paiement, il est possible de payer à la minute ou bien de sélectionner un « pass », idéal pour rouler en illimité pendant un laps de temps imparti.

Les trottinettes, couleur bleu-gris, n’ont rien de compliqué et rappelleront les sensations de l’enfance. Une fois détachées de la borne, il suffit de les déplier et le trajet peut commencer, à la force des mollets!

« La trottinette offre la capacité d’effectuer le dernier kilomètre de façon écologique, mais elle ne remplace en rien la voiture », précise Arthur Keller, cofondateur de la société Knot. En effet, la trottinette s’adapte parfaitement à des trajets supérieurs à 400 mètres mais qui ne doivent pas dépasser deux kilomètres. Au delà de cette distance, l’appui sur la trottinette effectué par la jambe gauche ou droite devient inconfortable pour l’usager.

La phase d’implantation des engins à deux roues de Knot passera également par l’arrivée d’une flotte de trottinettes électriques, d’ici le début 2019.

Hugo JEAN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.