LE MEDIA DE L'IEJ Strasbourg

Presse Web

Nations à suivre à l’Euro (2/10) – La Renaissance de l’Italie

A moins d’un mois de l’Euro de football, l’heure est au décryptage des nations. Pendant dix jours, la rédaction propose une fiche technique des dix pays attendus au tournant dans cette compétition.

L’Italie est une nation qui fait peur depuis toujours avec son fameux « Catenaccio », terme italien louant la rigueur défensive. Vainqueur de l’Euro en 1968 et finaliste en 2000 et en 2012, la Squadra Azzura est une habituée de la compétition européenne. Roberto Mancini, sélectionneur depuis mais 2018 a su relancer une équipe en fin de cycle, mettant en place un système plus offensif : L’Italie a marqué 57 buts en 26 matchs depuis l’arrivée de l’ex-international italien sur le banc. Si la sélection semble mieux se porter depuis sa non-qualification à la dernière Coupe du Monde, elle le doit aussi à une attractivité retrouvée dans son championnat, la Serie A. Peu de joueurs italiens s’exportent à l’étranger, ce qui favorise le développement de la sélection entre cadres et jeunes joueurs. Depuis son arrivée sur le banc italien, Roberto Mancini semble avoir trouvé son ossature pour son premier Euro, neuf ans après la finale perdue face à l’Espagne (4-0).

La liste de la sélection italienne :

Le 17 mai, le sélectionneur Roberto Mancini a dévoilé une liste de 33 joueurs pour le match amical face à Saint-Marin, dans lequel se trouvaient les trois Parisiens Alessandro Florenzi, Moise Kean et Marco Verratti. Si les deux premiers seront sans doute présents pour la compétition, l’incertitude règne autour du cas de Verratti, touché au genou et absent quatre à six semaines. Jeudi dernier, le sélectionneur s’est dit “assez confiant” sur le cas du milieu parisien. Autour des cadres que sont Bonnuci, Chiellini, Immobile, Insigne ou encore Acerbi, une nouvelle génération italienne débarque sur le devant de la scène, coïncidant avec le renouveau du championnat local. Ainsi, Alessandro Bastoni, Nicolo Barella (Inter Milan), Lorenzo Pellegrini, Gianluca Mancini (AS Roma), Manuel Locatelli (Sassuolo) et Federico Chiesa (Juventus) ont tous moins de 25 ans. Un groupe que Sandro Tonali pourrait rejoindre, jeune pépite du Milan AC, âgé de 21 ans.  

La liste dévoilée par Mancini le 17/05

Le joueur clé de l’effectif :

Après que la légende Gianluigi Buffon a gardé les cages de la Squadra Azzurra pendant plus de 20 ans, l’heure est au renouveau. Et son successeur est déjà tout trouvé : Gianluigi Donnarumma. Le gardien âgé de 22 ans compte déjà 250 matchs professionnels avec son équipe de l’AC Milan depuis 2015, décrochant au passage le record de précocité pour avoir débuté en Série A à 16 ans et 8 mois. Depuis 2016, l’homologue de la légende Buffon compte déjà 25 sélections. Installé dans les cages de l’Italie lors des trois dernières rencontres en mars dernier par son sélectionneur Mancini, c’est bel et bien lui qui devrait être le gardien titulaire. Avant de, pourquoi pas, agiter le mercato, lui qui est en fin de contrat en juin prochain et qui n’a toujours pas prolongé avec le club lombard. 

Gianluigi Donnaruma a participé à 36 rencontres de Serie A dont 13 sans encaisser de but. Crédit photo : Réseaux sociaux du joueur.

25 comme le nombre de matchs consécutifs sans défaite pour l’Italie (20 victoires, 5 nuls). Depuis l’échec face au Portugal le 10 septembre 2018 (1-0), les hommes de Roberto Mancini sont tout simplement irrésistibles. Depuis la nomination du technicien italien sur le banc, la Squadra Azzura n’a perdu qu’à deux reprises face aux champions du monde français et aux champions d’Europe portugais. Le sélectionneur a même battu le record de Marcello Lippi du nombre de matchs sans défaite avec la sélection italienne en mars dernier face à la Lituanie (2-0). Des résultats et des chiffres très satisfaisants pour une nation qui a manqué la dernière Coupe du Monde. Les Italiens auront à cœur de faire oublier cette période creuse et de prolonger cette belle série en compétition internationale.

Calendrier et groupe

L’Italie se retrouve dans le groupe A, avec la Turquie, la Suisse et le Pays de Galles

Matchs amicaux de pré-compétition :

  • Italie – Saint-Marin (28.05)
  • Italie – République Tchèque (04.06)

Phase de groupe :

  • Turquie – Italie (11.06 – Rome)
  • Italie – Suisse (16.06 – Rome)
  • Italie – Pays de Galles (20.06 – Rome)

Jules Zolt – Anthony Weissmuller

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.